L'Astrotracer O-GPS2 sur le Pentax K-3 MarkIII - Réglages recommandés et conseils de photographie

Produit

Voie lactée photographiée avec Pentax et O-GPS2

Qu'est-ce qu'un astrotraceur et à quoi sert-il ?

L'astrophotographie est un domaine particulier de la photographie. Comme dans d'autres domaines de la photographie, le temps d'exposition combiné au mouvement joue ici un rôle particulier. Une des particularités de l'astrophotographie est qu'à partir d'une certaine distance de prise de vue, nous avons d'une part des vitesses d'obturation plus longues et d'autre part la rotation de la terre. Elle est à peine visible pour nous, mais à partir d'un temps d'exposition d'environ 30 secondes, les corps célestes ne sont plus représentés comme des points, mais comme des lignes.

Il y a des limites à l'augmentation de la sensibilité du capteur à cause du bruit du capteur, de sorte que d'autres outils sont nécessaires. Ceux qui approfondissent le sujet auront certainement vu les moteurs ("startrackers") qui peuvent être montés sur des trépieds pour suivre la caméra afin de compenser le mouvement causé par la rotation de la terre.

RICOH IMAGING propose une solution très spéciale avec l'Astrotracer O-GPS2 (successeur du O-GPS1) pour de nombreux appareils photo de la série PENTAX. En utilisant le capteur mobile de l'appareil photo, qui est normalement utilisé pour réduire le bougé de l'appareil, l'Astrotracer détecte la rotation de la terre en évaluant les données GPS et ajuste le capteur en conséquence.

Ce dispositif petit et compact, qui se monte sur la griffe porte-accessoires de l'appareil photo, permet de synchroniser des temps d'exposition allant jusqu'à 5 minutes avec la rotation de la Terre et de réaliser des astrophotos professionnelles avec une configuration simple.

 

L'auteur expert et astrophotographe renommé Peter Mein, décrit dans ce tutoriel comment débuter en astrophotographie et comment utiliser l'Astrotracer. Même s'il décrit l'utilisation en ce qui concerne le K-3 Mark III, le fonctionnement avec d'autres appareils compatibles est similaire à celui-ci.

 

photographié avec un appareil photo numérique SLR Pentax et O-GPS2

1. De quoi ai-je besoin pour l'astrophotographie ?

Quelques éléments seulement sont nécessaires pour entrer sur le terrain et obtenir déjà des résultats remarquables : un appareil photo avec un objectif raisonnablement rapide (f 2,8 ou mieux), un astrotraceur et un trépied stable. Un déclencheur à distance (infrarouge ou câble, éventuellement programmable) est également recommandé.

Pour le traitement ultérieur de l'image, vous avez besoin d'un PC Windows puissant. Même si aucun logiciel spécial n'est nécessaire au début, pour un traitement avancé, des programmes gratuits sont nécessaires, qui ne sont disponibles que pour Windows.

 

2. Que peut faire l'Astrotracer ?

L'Astrotracer O-GPS2, en tant que successeur du O-GPS1, est compatible avec de nombreux modèles d'appareils photo PENTAX :
KF, K-3 Mark III, KP, K-3, K-5II, K-5IIs, K-5, K-S2, K-S1, K-70, K-50, K-30, K-r, K-01, 645Z, 645D (à partir de mai 2022).
*Tous les modèles d'appareils photo ne prennent pas en charge l'ensemble des fonctionnalités de l'O-GPS2.
**Les appareils photo K- 1, K-1 Mark II et K-3 II intègrent cette fonction.

Pour les spécifications techniques et les informations sur l'Astrotracer O-GPS 2, veuillez consulter le site Web de Pentax...
Vous y trouverez également un aperçu de quelques modèles d'appareils photo avec les temps d'exposition maximum, en fonction de la longueur focale et de la hauteur du ciel à laquelle l'appareil photo est dirigé. Ce tableau montre que le capteur de l'appareil photo ne peut être déplacé que dans certaines limites. Lorsqu'il a atteint sa déviation maximale, la caméra arrête l'exposition.
Comme vous pouvez le voir ici, des expositions allant jusqu'à environ 5 minutes sont possibles avec l'Astrotracer (avec une petite focale de moins de 50 mm). Avec des distances focales plus longues, les temps d'exposition diminuent en conséquence. Toutefois, ces temps sont plus que suffisants pour l'astrophotographie actuelle.
Normalement, vous n'avez pas besoin de plus de 30 à 60 secondes par exposition.

 

3. Domaines d'application et limites de l'Astrotracer

Comme nous l'avons mentionné au début, le PENTAX O-GPS2 est une sorte de solution de rêve pour les astrophotographes. Il permet de prendre des photos d'une qualité inespérée de la manière la plus simple, ce qui autrement n'est possible qu'avec des systèmes complexes.
Cependant, il ne faut pas oublier que cet appareil petit, portable et très bon marché a aussi ses limites dont il faut tenir compte en photographie :

  • Un trépied standard (mais très stable) est suffisant pour l'Astrotracer. Mais : Sans monture astronomique (ou même un "GoTo" à commande électronique), vous devez trouver les objets à photographier avec le seul viseur de l'appareil photo. Vous devez donc connaître un peu le ciel nocturne et, si nécessaire, vous pouvez utiliser une carte des étoiles et des jumelles.

  • Comme décrit, l'appareil photo est posé sur un trépied standard et n'est pas déplacé car c'est le capteur qui suit automatiquement. Mais une fois la photo prise, il revient à sa position initiale. Dans de nombreux cas, ce n'est pas un problème, à moins que vous ne preniez une série de photos pour les "empiler" plus tard, auquel cas l'objet sort lentement mais sûrement de l'image. Ainsi, après quelques photos, l'appareil doit être réajusté (à la main) pour conserver la même section d'image.

  • La précision du module GPS est également limitée par la combinaison avec de très longues distances focales et de longs temps d'exposition. Alors que la position est déterminée à 10m près, la précision de la boussole est donnée comme étant de +/- 5°. En outre, l'Astrotracer suit le capteur par "étapes" (la durée des étapes est d'environ 1,5 seconde) et non en continu. Cela signifie que si vous utilisez l'Astrotracer à son plein potentiel à de longues distances focales (c'est-à-dire à de longs temps d'exposition), vous obtiendrez toujours des étoiles striées. Dans ce cas, le "suivi" par le capteur n'est tout simplement pas assez précis.
    D'après mon expérience, la limite jusqu'à laquelle l'Astrotracer fournit des images utilisables se situe entre 300 et 500 mm de distance focale. A 500 mm de focale, il est intéressant de faire quelques essais pour voir si le suivi est stable ou si les étoiles forment déjà des lignes. Si c'est le cas, éteignez et rallumez le GPS et recalibrez l'appareil photo. Si cela ne suffit pas, réglez le temps d'exposition sur un maximum de 20 secondes. Une longueur focale de 500 mm est donc tout à fait possible, mais il faudra peut-être procéder par tâtonnements.

  • Il est important de noter que les longues focales, qui sont nécessaires pour les images de la lune, des planètes ou même de plus petits objets du "ciel profond", ne sont pas destinées à l'Astrotracer. Les temps d'exposition maximum (résultant de la déviation maximale du capteur) sont tout simplement trop courts dans ce cas. En outre, la précision du suivi n'est tout simplement pas assez bonne pour Jupiter ou Saturne à une distance focale de 1500 mm. Pour les planètes, il faut utiliser un télescope motorisé. Et la lune est généralement si brillante que vous pouvez travailler avec des temps d'exposition qui ne nécessitent pas de suivi.
    La lune fonctionne donc généralement sans Astrotracer.


En somme, c'est la situation individuelle, qui dépend du modèle de caméra et du lieu, dans laquelle l'Astrotracer doit être testé individuellement.

Il fonctionne bien dans ses limites, et il peut certainement suivre les systèmes de suivi de caméra disponibles dans le commerce. Et si vous souhaitez vous attaquer à des tâches plus exigeantes par la suite, il est préférable d'acheter un petit télescope.

 Lune photographiée avec le Pentax K-3 MIII et l'astrotraceur O-GPS2

4. Que puis-je photographier ? (Dans l'hémisphère nord)

Facile à démarrer :

  • La grande Ourse
  • La constellation de Cassiopée (connue sous le nom de "W" dans le ciel)
  • Constellation d'Orion dans le ciel d'hiver
  • Constellation Cygnus (également connue sous le nom de "Croix du Nord")
  • Le triangle de l'été
  • Constellation du Lion

Objets du ciel profond :

  • La nébuleuse d'Orion (également connue sous le nom de Messier42)
  • La galaxie d'Andromède (Messier31)
  • Nébuleuse de l'Amérique du Nord dans la constellation du Cygne.
  • La nébuleuse de la Lagune (Messier8) 
  • Les sept sœurs (Pléiades, Messier45)
  • Amas ouvert Beehive (Messier44)

La voie lactée

  • La Voie lactée d'été avec les constellations Cygnus et Aquila
  • La Voie lactée d'hiver près d'Orion 
  • Amas ouverts et nébuleuses près du centre de la Voie lactée, par exemple la nébuleuse de la Lagune et la nébuleuse Trifide.

Autres objets

  • Les pluies de météores et les étoiles filantes 
  • Comètes
  • La station spatiale internationale (ISS)
photographié avec un appareil photo numérique SLR Pentax et O-GPS2

 

 

5. Paramètres recommandés pour l'appareil photo

Bien que toutes les sections précédentes soient importantes pour le résultat global, cette section est la plus importante de ce tutoriel. Elle montre les réglages les plus importants qui diffèrent des réglages par défaut de Pentax ou qui sont difficiles à trouver dans le menu.

  • Tout d'abord, il faut choisir le format de prise de vue.
    Ici, comme dans d'autres contextes, la question "JPEG ou RAW ?" se pose. En principe, les deux sont possibles. Le format JPEG est acceptable pour commencer, mais pour des photos plus ambitieuses, vous devriez passer au mode RAW.
    Notre conseil général, qu'il s'agisse d'astrophotographie ou d'un autre sujet, est que si les deux formats sont capturés, vous pourrez choisir entre les deux après la prise de vue.
    Les données d'image JPEG sont une version comprimée du RAW et dépendent donc des réglages effectués à ce moment-là. Par conséquent, cela limite la quantité d'édition possible par la suite. Etant donné que le fichier RAW contient les informations originales capturées par le capteur, il y a beaucoup plus de liberté pour modifier divers paramètres avant de les convertir en sortie finale, qui sera à nouveau une image JPEG.
    Si le format RAW est utilisé, le format DNG, généralement utilisable, doit être sélectionné, car les programmes de traitement d'images astro ne peuvent généralement pas traiter les formats spécifiques des fabricants.

  • Avant de capturer l'image, le sélecteur de mode doit être réglé sur "B" et l'écran affiche "Bulb" une fois réglé. L'Astrotracer ne fonctionne que dans ce mode, et certaines fonctions des menus de réglage y sont également liées.

  • Ensuite, il faut sélectionner l'astrotraceur de type 1 dans le menu de la caméra sous l'item "Camera4 - Astrotracer" afin que les étoiles soient suivies correctement.
    Ce menu est également disponible via les réglages, accessibles par le bouton "Info".
    *Le type 2 est une forme mixte avec une vitesse de suivi réduite pour la concentration sur le premier plan de l'image, et le type 3 est une option pour les images uniques sans module GPS).

  • Dans les paramètres de base de la caméra, les options de réduction du bruit doivent maintenant être réglées. Pour ce faire, appuyez sur la touche "Info" et appelez le menu des réglages de base et sélectionnez le menu "RR pour long VZ" à l'aide du bouton de navigation et appuyez sur "OK". Dans le sous-menu qui apparaît maintenant, passez de "NR On" ou "NR Auto" à "NR Off" et confirmez.
    Si cette option n'est pas préréglée, l'appareil crée une "image sombre" après chaque exposition longue avec le même temps d'exposition que la prise de vue réelle afin de la "soustraire" de la prise de vue pour la réduction du bruit. L'effet secondaire est alors qu'après chaque exposition, par exemple d'une minute, vous devez attendre une autre minute jusqu'à ce que l'appareil photo soit à nouveau prêt à être utilisé.
    Si vous prenez des photos avec des valeurs ISO normales (jusqu'à 1600 ISO avec le K-3 Mark III), cette "image sombre" peut être désactivée pour les photos uniques. Si vous prenez des photos en continu, vous ne pouvez de toute façon pas utiliser cette fonction. Toutefois, si vous prenez une série de photos en post-traitement ("empilage"), vous pouvez ajouter ces "sombres" séparément.

  • Dans l'étape suivante, nous effectuons un réglage pour la fonction du déclencheur à distance dans le menu sous "C5 B-mode options".
    Ce réglage doit être effectué en fonction du déclencheur à distance utilisé. Pour les déclencheurs à distance à fil, par exemple programmables, également pour la prise de vue en série et en continu, "Bulb" doit être réglé ici. Pour un déclencheur à distance à infrarouge, veuillez régler ce paramètre sur "Time". Dans ce cas, l'exposition longue est lancée avec la première pression sur le déclencheur et terminée avec la deuxième pression.
    L'activation de la télécommande est intégrée à la commande à quatre touches. Appuyez sur la touche "bracketing/présélection du temps", puis activez le déclencheur à distance IR.

  • L'étape suivante consiste à désactiver l'autofocus de la caméra et de l'objectif. Ceci est particulièrement important car la caméra ne peut pas trouver de contraste pour faire la mise au point dans le ciel noir de la nuit, et naturellement la lumière auxiliaire AF de la caméra n'est d'aucune utilité à cette distance. Et comme l'appareil ne se déclenchera pas sans le message "prêt" de l'autofocus, veuillez basculer le commutateur sur le côté gauche de l'appareil de "AF" à "MF", et si l'objectif a également un commutateur, désactivez l'AF ici aussi.

  • Et enfin, le système GPS doit être calibré (en fait, ce sont seulement les capteurs d'accélération pour déterminer la position dans le module GPS qui doivent être calibrés).
    Pour ce faire, il faut d'abord allumer le module GPS (si ce n'est pas déjà fait). Pour l'astrophotographie, vous avez besoin de la "calibration exacte". Vous le trouverez dans l'élément de menu "Caméra 4 > Astrotracer".
    Sélectionnez l'élément "calibrage exact" et exécutez la "danse Pentax" jusqu'à ce que le message "traitement des données terminé" apparaisse.

    Cette procédure est bien expliquée dans une petite vidéo :

  

Après avoir terminé la procédure en appuyant sur OK, le menu de la caméra peut être fermé. L'appareil photo est maintenant préparé de manière optimale pour l'astrophotographie.


Une petite remarque sur le bouton "vert" situé au dos de l'appareil. En appuyant dessus, vous pouvez décider si l'appareil doit être utilisé en véritable "mode B" (l'obturateur reste ouvert tant que le bouton de déclenchement à distance est enfoncé) ou si un temps d'exposition doit être défini pour la prise de vue. Dans le second cas, la prise de vue en continu peut également être programmée. Sachez toutefois qu'une fois lancée, celle-ci ne peut être interrompue au cours de la série de prises de vue jusqu'à ce que celle-ci soit entièrement réalisée. Il n'est pas possible de vérifier l'image après chaque exposition.

 

6. Mise au point correcte

La mise au point manuelle sur le ciel étoilé n'est malheureusement pas aussi facile qu'on pourrait le croire. Et malheureusement, une mise au point précise est indispensable pour obtenir de bonnes photos.
Après avoir monté l'appareil sur un trépied stable, je vous recommande d'éteindre l'écran situé à l'arrière de l'appareil. Pour ce faire, appuyez deux fois sur la touche info et sélectionnez "Display off".
Visez maintenant une étoile brillante (n'importe laquelle) dans le viseur. Lorsque l'étoile est bien centrée dans le viseur, la fonction "Live View" est à nouveau activée. L'étoile doit y être clairement visible. Passez maintenant l'affichage en direct en mode grossissement en appuyant sur la touche OK et réglez le grossissement sur 8x en tournant la molette de réglage.Si l'étoile glisse hors de l'image du moniteur, vous pouvez modifier l'image du moniteur en conséquence à l'aide des touches fléchées.
Tournez maintenant la mise au point jusqu'à ce que le point lumineux ait la plus petite taille possible (généralement, d'autres étoiles moins brillantes apparaissent sur l'écran). Désactivez à nouveau l'affichage en direct et veillez à ne pas régler la bague de mise au point. Éteignez maintenant l'écran de l'appareil photo au dos, sinon il sera éblouissant.

Certains appareils, comme le K-3 Mark III, sont équipés de la "fonction vision nocturne". Dans ce cas, la couleur de base de l'écran passe au rouge, ce qui est très agréable pour les yeux.

 

7. Prenez des photos !

Maintenant, nous pouvons enfin commencer ! Seuls deux autres réglages rapides et importants sont nécessaires :
Tout d'abord, une valeur ISO de 1600 est recommandée pour le K-3 Mark III (par la suite, des valeurs plus élevées peuvent également être essayées afin de s'approcher de la "limite de bruit"). Vous devez également acquérir votre propre expérience avec l'ouverture. Pour commencer, il est conseillé d'ouvrir complètement le diaphragme. La mesure dans laquelle la netteté des bords change lorsque l'ouverture est réduite dépend de l'objectif.

Maintenant, ne touchez pas à l'appareil photo ! Et exposez pendant 30 secondes.

Une image correctement exposée pourrait alors ressembler à ceci ou à quelque chose de similaire :

 

photographié avec un appareil photo numérique SLR Pentax et O-GPS2

On peut trouver d'autres exemples sur le site de Peter Mein, ou dans divers tutoriels sur Youtube.

Avec les images RAW, vous pouvez ensuite commencer le traitement de l'image.

Dans ce tutoriel, nous avons rassemblé certaines de nos propres expériences pour servir de guide aux débutants. Il y a de nombreux facteurs à prendre en compte pour obtenir un bon résultat, mais si vous n'y arrivez pas au début, continuez à essayer et vous serez rapidement à la hauteur.

Mais surtout, amusez-vous et profitez de la photographie !

 

Nous tenons à remercier Peter Mein pour ce tutoriel et les images qu'il contient. N'hésitez pas à consulter son site Web pour trouver d'autres sources d'inspiration.

Il a écrit ce tutoriel en ce qui concerne le PENTAX K-3 Mark III, mais il peut également être utilisé pour les autres appareils compatibles.

Veuillez trouver ici des informations sur les produits et les spécifications techniques...(link)

 

Vous pouvez également trouver des exemples de photos sous le hashtag #pentax_ogps2 ou #astrotracer sur Instagram.
Veillez à ajouter ces hashtags à vos posts car nous avons hâte de voir les résultats !